latest changes & additions at abelard.org link to short briefings documents link to document abstracts link to list of useful data tables click for abelard's child education zone economics and money zone at abelard.org - government swindles and how to transfer money on the net latest news headlines at abelard's news and comment zone socialism, sociology, supporting documents described France zone at abelard.org - another France Energy - beyond fossil fuels visit abelard's gallery about abelard and abelard.org

New translation, the Magna Carta
Le plus long, le plus haut : le Viaduc de Millau

audition

systèmes de classification de l'homme, en utilisant l'exemple de la classification des « organismes vivants » (taxonomie)

traduit par xavier

human classification systems, using the example of classification of 'living organisms' (taxonomy)

document d'information

back to abelard's front page

plan de site

television

Pourquoi la logique aristotélicienne ne fonctionne pas

This page helpful? Share it!
>
systèmes de classification de l'homme, en utilisant l'exemple de la classification des « organismes vivants » (taxonomie) est l'un d'un certain nombre de documents montrant des erreurs souvent faites dans le raisonnement et la communication
systèmes de classification de l'homme Pourquoi la logique aristotélicienne (Descartienne) ne fonctionne pas

Quand une nouvelle forme de vie est trouvé, il est attribué un nom scientifique formelle, qui décrit à quel point elle est liée à d'autres créatures. Chaque nom a sept composantes: Royaume, Phylum, Classe, Ordre, Famille, Genre et Espèce. Royaume est le catégorie la plus large; espèce est la plus spécifique.

Les animaux dans chacune de ces catégories partage des caractéristiques. Tous les chats domestiques sont les membres de la même espèce. Des lions et tigres chaque appartiennent à des espèces différentes, mais partagent des similitudes assez qu'ils appartiennent au même genre: Panthera.

Ensuite, tous ceux qui sont considérés comme des chats—des lions, tigres, guépards, léopards, panthères et les minous domestiques—appartiennent à la famille Felidae, tandis que des « chiens », étant considérés comme similaires d'assez à l'autre, appartiennent à la famille Canidae.

Une créature nouvellement découverte peut être considérée comme faisant partie d'une famille établie déjà, ou elle pourrait être mis dans une catégorie entièrement nouvelle.

Une fois, des gens divisaient des organismes en deux catégories simples, ou taxa—les royaumes Plantae et Animalia. Un troisième royaume, Protista, a ensuite été proposé pour des organismes qui ne sont pas manifestement végétale ou animale, tels que les protozoaires, les bactéries et les algues. L'amélioration de la recherche biochimique et génétique, et les progrès en microscopie électronique, a permis à un classement plus approfondi. Des micro-organismes sans noyau distinct, appelé procaryotes, sont placés dans le royaume Monera; les bactéries sont les principaux organismes dans ce royaume. La classification des eucaryotes (les micro-organismes ayant un noyau distinct) reste controversée.

À l'heure actuelle, la plupart des gens concernés classent tous les organismes vivants ou éteintes soit dans un système à cinq-royaumes, soit dans un système à quatre-royaumes. Le système à cinq-royaumes reconnaît Animalia, Plantae, Monera, Fungi, et Protista (le dernier étant fondamentalement tous les micro-organismes eucaryotes ou les algues, les protozoaires et les myxomycètes), tandis que le système à quatre-royaumes ne reconnaît que les royaumes Animalia, Plantae, Monera, et Virus. C'est à dire, tout en reconnaissant la séparation des eucaryotes et procaryotes, le système à quatre-royaumes place les protozoaires avec les animaux, et les champignons et les algues avec les plantes.

Notez que le système de classification est en cours de révision constante et est soumis à divers controverses et à discussion. Ce n'est pas quelque règle fixe sur les tablettes de pierre, mais juste un système de classement commode.

La façon systématique de classer la vie a été établi par Carl von Linné (Carolus Linnaeus, 1707 - 1778) au milieu de la 18ème siècle. Il a donné « chaque » créature dans le système un nom en deux parties, composant des noms génériques et spécifiques en latin. Par exemple, le nom du chien domestique est Canis familiaris, le premier nom qui indique le genre, à lequel appartiennent les chiens; le second mot est le nom de l'espèce dans le genre.

Le niveau au-dessus est de l'ordre. Par exemple, les chats (Felidae) et les chiens (Canidae) forment deux familles différentes dans l'ordre Carnivora. Cet ordre comprend notamment 10 familles de mammifères vivants, donc à trouver un nouvel ordre est une belle affaire!

    Voici les dix familles de l'ordre Carnivora:
  • Canidae (chiens, loups, des chacals et des renards),
  • Ursidae (ours),
  • Procyonidae (raton laveur),
  • Mustelidae (putois, vison, belette, blaireau et loutre),
  • Viverridae (civettes et mangoustes),
  • Hyaenidae (hyènes),
  • Felidae (chats),
  • Otariidae (otaries),
  • Odobenidae (morse), and
  • Phocidae (phoques sans oreilles)
    les carnivores sont à leur tour membres de la classe Mammalia.

Ensuite, la classe des mammifères est un partie du phylum chordata dans le sous-phylum Vertebrata, qui à son tour fait partie du royaume Animalia voir ci-dessus qui est d'où nous avons commencé !

Oh, vous avez remarqué—oui, nous avons sous-phyla et sous-species, et ainsi de suite, comme le système continue de s'adapter aux nouvelles connaissances et des nouvelles découvertes. Comme tout système de classement humain, des choses ne sont pas toujours bien rangé. Remettre à jour le classement, quand des nouvelles informations arrivent, ça prend beaucoup de discussions et d'effort !

 

 

 


désistement de publicité



tableau hiérarchique des catégories [1]   vous
Catégorie Examples  
Royaume Animalia Animalia
Phylum Chordata Chordata
Classe Mammalia Mammalia
Ordre Carnivora Primata [3]
Famille Canidae Hominidae [4]
Genre Canis (coyote, dingo, dog, jackal, wolf)
Vulpes (foxes)
Homo [5]
Espèce familiaris sapiens
Certains noms scientifiques

Canis familiaris (chien domestique)
Felidae familiaris
(minou)
Pinus nigra
(le pin noir, ou Autriche)
Bellis perennis
(la pâquerette) [2]
Escherichia coli (bactérie vivant en vous)

Notez que les noms scientifiques sont souvent écrites en C. familiaris ou E. coli.

H. sapiens! [6]

Le système de classification a développé alors que une nouvelle compréhension augmentait. Von Linné a recherché une méthode naturelle d'organisation, mais en fait il défini les types d'espèces sur la base de la morphologie idéale (forme). Le plus grand changement de la perspective de Von Linné se reflète dans l'expression « la nouvelle systématique », qui a été introduite au 20e siècle et par laquelle un effort explicite est fait afin que les régimes taxonomiques reflètent l'histoire évolutive. L'unité essentielle de la classification, l'espèce, est également l'unité essentielle de l'évolution; c'est, une population de personnes actuellement ou potentiellement des individus du métissage. Cette population partage, par métissage, son ressource génétique. Ce faisant, il crée le patrimoine héréditaire—son matériel total génétique—qui détermine les ressources biologiques de l'espèce et sur laquelle la sélection naturelle agit en permanence. Cette approche a guidé le travail sur la classification des animaux à l'écart de l' la catégorisation un peu arbitraire de nouvelles espèces, à celui de recréer l'histoire de l'évolution (phylogénie) et de l'intégrer dans le système de classification.

Cette étude est maintenant avancer rapidement comme les structures génomiques de l'ADN (acide désoxyribonucléique) sont analysées dans les laboratoires du monde entier.

pine needle pair - thumbnailLes systèmes de classification sont tout à fait des arbitraire commodités humaines. Par exemple, la plupart des gens ne peut guère distinguer les différents types de conifères un de l'autre. Pour leur distinguer exige un examen approfondi de la structure des feuilles, et bien en plus. De la photo [à gauche, cliquez pour agrandir l'image notée] du pin maritime (Pinus pinaster), vous verrez que les feuilles sont en couples, tandis que des autres pins ont des groupes de 3 ou 5 feuilles. Par ces petites différences sont des plantes identifiables, en particulier par ceux qui sont, comme moi, non averti dans le ésotérisme! [7]

Von Linné a également introduit un « système sexuel» des plantes, par lequel le nombre de parties de la fleur—surtout les étamines, qui produisent des cellules sexuelles mâles, et les styles, qui sont des prolongements des ovaires des plantes qui reçoivent des grains de pollen—sont devenus des outils utiles pour faciliter l'identification des plantes. Ce système simple mais efficace, a beaucoup d'imperfections. Des autres systèmes de classification, dans lesquels autant que possible des caractères d'identification ont été examinés afin de déterminer le degré de parenté, ont été développés par des autres botanistes; en effet, certains ont apparu avant le temps de von Linné. L'application des concepts de Charles Darwin (sur l'évolution) et Gregor Mendel (sur la génétique) à la taxinomie des plantes a offert davantage d'aperçu au processus d'évolution et de la production de nouvelles espèces.

La botanique systématique utilise maintenant de l'information et des techniques de tous les sous-disciplines de la botanique, en les intégrant en un seul corps de connaissances. La phytogéographie (la biogéographie des plantes), écologie végétale, la génétique des populations, et les différentes techniques applicables aux cellules—la cytotaxonomie et la cytogénétique—ont largement contribué à la situation actuelle de la biologie systématique et ont, dans une certaine mesure, deviennent partie intégrante de celui-ci. Plus récemment, la phytochimie, des statistiques informatisées, et la morphologie de structure fine ont été ajoutées aux activités de la botanique systématique. Des commentaires similaires s'appliquent à des autres domaines des études de la vie.

Notez soigneusement ici que le classement se réfère souvent à plusieurs points, afin de faire une boîte utile dans laquelle de classer l'élément. (Voir aussi Catégorisation 1—boîtes.)

[Ce document a été développé en utilisant de la documentation prise du National Geographic et Enc. Brit.]

A propos de cette traduction:
La langue natale de ce yack est anglaise, non pas la française. Donc, si vous trouvez des erreurs ou des fautes d'usage français, je vous en prie de m'écrire: xavier[à]abelard.org (changer à pour @).


return to abelard.org main site news and comment at abelard.org documents on alternative energies documents on alternative energies Japan zone sum will set you free art gallery the web pilot - mastering the Internet short briefings documents on energy and society Link to abelard.org's RSS newsfeed

notes de fin

  1. Voir Catégorisation 1—boîtes, notamment la note [7].

  2. La marguerite [Bellis perennis - vous verrez souvent ces noms d'espèces rédigé comme suit: B. perennis] est dans la famille des Composées ou Asteracaeae ( oui, deux noms de famille sont utilisés, juste d'ajouter à la confusion ). Il partage cette famille, on me dit, avec 25.000 autres d'espèces, y compris le tournesol [Helianthus annus], le pissenlit [taraxacum officianale] et toute une gamme de chrysanthèmes. (Jetez un oeil parfois, et de voir si vous pouvez détecter les similitudes. Voici d'autres renseignements liés qui peuvent vous aider avec la marguerite.)

    Asteracaeae est l'une des plus grandes familles, d'égale que la Orchidaceae (orchidées). Comme avec beaucoup d'autre, quelle famille est considérée comme la plus différent ou plus grand dépend sur qui fait le compte, et comment. Voir aussi numéros ou objets et catégorisation 2 – contenu des boîtes.

    N'oubliez pas que les espèces n'existent pas dans le monde réel, mais dans les têtes de ceux que étudient « eux ». Par exemple, au Costa Rica, il y a une montagne où les "espèces" des pins changent alors que vous montez la montagne. Alors, l'espèces 1 ne peut pas se reproduire avec les espèces 3, les deux espèces ne peuvent non plus se reproduisent avec des espèces 2. Cependant, en réalité, que vous vous déplacez à partir d'espèces 1 à 2, ou à partir d'espèces 2 à 3, il ya des hybridations. Des difficultés de ce type sont la norme dans les études humains du monde réel, ce qui est beaucoup de ce que les gens passent leur temps à discuter et essayer de comprendre.

  3. Des autres exemples au niveau de l'Ordre sont Marsupulia (marsupiaux), des Insectivora (insectes), Carnivora (carnivores).

  4. Des autres groupes au niveau de la Famille sont Pongidae (singes), Hylobatidae (gibbons), Cebidae (singes du nouveau monde), Lemuridae (lémuriens).

  5. Des autres groupes au niveau du Genre sont Pan (chimpanzés) et Gorilla (gorille).

  6. La racine grecque antique « homo- » signifie « soi » ou « même ».
    Le nom latin « homo » signifie « humain », ou « homme » au sens général.
    Sapiens signifie « sage ».
    Par conséquent, l'Homo sapiens signifie « Humain sage », peut-être quelque exagération ici! Il existe d'autres divisions des espèces éteintes sous le genre Homo maintenant utilisée en anthropologie, tels que neanderthalensis (H. neanderthalensis), erectus (H. erectus) et des autres. Bien sûr, nous ne savons pas (encore?) si neanderthalensis ou erectus sont de vraies espèces, ou si elles ont pu croisés entre eux ou avec des humains (sapiens).

  7. Dans la plus grande image annotée d'aiguilles de pin, le frisage de feuilles qui aide la conservation de l'eau est noté. Cette le frisage de feuilles résulte dans l'évaporation étant beaucoup plus réduit de la face cachée, à l'intérieure des feuilles. Il est une autre espèce qui a évolué cette caractéristique de façon indépendante, qui est en évolution parallèle. Il s'agit d'erica, communément connu sous le nom de bruyère. Erica les feuilles qui frisent en dessous, tandis que les espèces qui lui ressemble, calluna (nom en anglais: Ling) n'en a pas.

    Ces deux plantes (erica et calluna) ont également des revêtements cireux sur leurs feuilles, là encore pour réduire la perte d'humidité. [Une troisième méthode pour les plantes à conserver l'eau, c'est d'avoir un léger duvet, ou de la fourrure, sur les feuilles. Ceci piège de l'eau, ce qui ralentit l'évaporation.]

    Cet article lié décrit un autre exemple intéressant de l'adaptation pour la conservation de l'eau, cette fois la plante est la rhubarbe.

 

 

 


désistement de publicité

   

email abelard email abelard at abelard.org

© abelard, 2010, 15 novembre
version 1.0.0fr
tous droits réservés

l'adresse de ce document est https://www.abelard.org/briefings/taxinomie.php

1400 mots
impressions que 6 A4 pages (sur mon imprimante et set-up)

latest abstracts briefings information   headlines resources interesting about abelard